Système de chauffage, Chaleur

Chauffages Régulièrement entretenus sont plus efficaces

Certes, les installations de combustion en Suisse doivent être soumises à des contrôles réguliers en vertu de la loi. Mais cela ne remplace en rien la maintenance.

Dès que le chauffage fonctionne avec des combustibles liquides ou solides, le ramoneur doit passer régulièrement dans notre pays. C’est la loi! Selon les cas, il nettoie l’installation, vérifie la sécurité, mais s’occupe aussi de mesurer les pertes par les gaz de combustion et de documenter le degré d’efficacité. En fait, ces contrôles officiels de la combustion sont bien pratiques. Plus besoin de s’occuper de quoi que ce soit. Mais c’est une idée fallacieuse, car chaque canton réglemente autrement la périodicité de ces contrôles et leur réelle teneur.

Mieux vaut prévenir que guérir

C’est la raison pour laquelle les fabricants recommandent aussi de faire entretenir d’office, à raison d’une fois par an, les installations de combustion tout comme les pompes à chaleur. Celui qui veut être tranquille optera pour un contrat de maintenance. Ceci permet en même temps – selon le type de chauffage – de contrôler par exemple les joints, les valves, les filtres et les raccords, et de remplacer à temps les pièces d’usure. Au final, la prudence est mère de sûreté en matière de chauffage, et les «détections précoces» permettent souvent d’éviter des dégâts de plus grande ampleur. Par exemple, si l’on passe à côté de la boue de mazout au fond de la citerne et qu’on manque le nettoyage de la citerne, la citerne et le brûleur risquent de ne pas s’en remettre.

Nettoyer, régler et purger

Mais une maintenance régulière contribue aussi à préserver des performances optimales. Une couche de suie d’un millimètre à peine sur les parois de la chaudière, et c’est une quantité substantielle de chaleur destinée au chauffage qui vient en moins dans le système de chauffage depuis la chambre de combustion: de ce fait, le besoin en énergie peut augmenter jusqu’à cinq pour cent. D’où l’intérêt de procéder au nettoyage en amont.

Dans le même temps, le professionnel peut réajuster parfaitement les composants et leurs paramètres les uns par rapport aux autres, de la chaudière à la pompe en passant par le brûleur. Quant à l’équilibrage hydraulique en vue d’une distribution optimale de la chaleur, des études tablent même sur un gain d’efficacité potentiel pouvant aller jusqu’à 15 %. Et comme le professionnel est déjà sur place, il peut aussi procéder aux réglages fins de la courbe de chauffage et purger l’installation. Des travaux qui, sans cela, incombent la plupart du temps au détenteur de l’installation.

Le chauffe-eau aussi, ça s’entretient!
Si la maintenance du chauffage est fondamentale, celle du chauffe-eau l’est tout autant. En la matière, les experts recommandent un intervalle de trois à cinq ans. Il s’agit là de remplacer les joints, éventuellement de renouveler la protection anticorrosion et d’éliminer les impuretés compromettant l’hygiène et le tartre. Ce dernier est avant tout un poison pour l’efficacité: une mauvaise transmission de la chaleur peut générer jusqu’à 15 % de frais en plus.

Articles les plus populalires Ces sujets pourraient peut-être vous intéresser